« Mémorialiser » les défunts sur Facebook ?

Voici un débat un peu gênant: que faire du profil Facebook d’un utilisateur décédé ?

Jusque-là, au regard du qu’en dira t-on et de l’éthique, la question demeurait quelque peu tabou.
Le problème est que la dernière version de Facebook a fait accélérer les choses en proposant à l’utilisateur de reprendre contact avec des personnes, et en faisant même quelques suggestions d’amis… vous me suivez? Un peu morbide tout de même!
C’est pourquoi Max Kelly, responsable de la sécurité chez Facebook a récemment glissé dans un post son avis sur la question et a annoncé la nouvelle politique de Facebook qui consiste à « mémorialiser » les défunts…

Un post assez long qu’il débute en racontant sa tragique expérience (la perte de son meilleur ami et collègue de travail depuis peu chez Facebook) et qu’il poursuit en expliquant en quoi consiste « un mémorial »

Il s’agit en fait d’un statu un peu particulier grâce auquel :

– le profil ne pourra plus apparaître dans les suggestions d’amis
– le profil ne sera visible que par les « confirmed friends » dans la barre de recherche
– uniquement ces mêmes personnes auront accès au profil
– Les informations sensibles et personnelles, ou encore les « status update » n’apparaîtront plus
– il ne sera plus possible de se connecter au profil
– les amis pourront « déposer » des posts sur le mur en mémoire de la personne.

imprim écran

Max Kelly conclu le post en sollicitant les membres de la communauté à avertir Facebook dès lors qu’un ami ou un membre de la famille décède. Pour se faire, il faut remplir un « formulaire »  qui prête à être controversé : il nécessite une preuve du décès…

formulaire Facebook à remplir pour signaler un décès


Donc au final :

icone désesperéil existera des profils que nous foulerons à l’avenir, et sur lesquels nous remplacerons les prières par des postes, des fleurs par les images, et des bougies par le bouton « partager »… Facebook est-il sur le point de devenir aussi un réseau cimetière ???

.
Je dis cela comme ça, mais pour autant, certains chiffres révélés par Facebook en février 2009 montrent qu’il s’agit d’une problématique à laquelle il faudra un jour ou l’autre apporter une vraie réponse.
–    3% des utilisateurs Facebook sont âgés de 55 à 65 ans.
–    L’évolution de la part d’audience de cette tranche d’âge atteint les + 175.3% pour les femmes, 137.8 pour les hommes
–    Cela concerne plus de 700.000 personnes


diagramme d'audience des utilisateurs Facebook

taux d'évolution de l'audience par tranche d'âge

valeur absolue de l'audience par tranche d'âge

Alors non ne vous inquiétez pas,  je ne ferai pas de pronostiques de mauvais goûts, mais il est clair qu’un cimetière Facebook créerait rapidement une ambiance un peu lourde…

.

Bref, voici un autre débat qu’a déjà abordé le blog « rue 89«  (site d’information et de débat sur l’actualité, indépendant et participatif)

Qui détient les droit d’un compte Facebook ?

« Qui, légalement, détient les droits d’un compte Facebook ou d’une adresse e-mail ? Est-ce qu’ils font partie du patrimoine du défunt et sont légables ? Est-ce que leur accès est protégé par la vie privée quoi qu’il arrive ? Est-ce qu’il appartient à l’entreprise sur laquelle on a inscrit ses données ?

La question n’est pas véritablement tranchée, d’après l’avocate Murielle Cahen, qui avait déjà consacré un article à ce que deviennent e-mail et site web après la mort.
Autre souci, site américain, Facebook relève du droit américain. « On peut considérer que le droit français serait applicable à la partie française », nous explique l’avocate Murielle Cahen, « mais après, faire exécuter la décision, ce serait autre chose » ».

Conclusion:

cercueil facebook

Dans un sens Facebook s’est tellement institutionnalisé qu’il se pourrait qu’il souffre de son succès… Vous me direz c’est aussi valable pour les autres réseaux sociaux ! Devons nous anticiper notre dernier souffle ? Doit-on s’attendre à ce que le formulaire d’inscription des réseaux comporte un champ « ami à contacter en cas de décès » ? Va-t-il falloir que nous rédigions un testament numérique ?

Joyeuses Toussaint à tous bien sûr !