Call to action

Conseils sur les boutons d’action

Certes, le concept est assez vague, mais on ne le répètera jamais assez : Ne négligez pas vos boutons d’action ! Que ce soit dans une Newsletter, pour l’ajout au panier, le passage d’une commande, une demande d’inscrpition, le cross selling, etc… Le choix du call to action est crucial. L’objectif est d’inciter (très) fortement l’utilisateur à cliquer, à faire « quelque chose », immédiatement. Trop souvent, les sites e-commerce négligent ce détail. En cherchant à trop être en harmonie avec leur charte graphique, en ne prenant pas assez de recul sur leur site, ou tout simplement en n’y prétant pas attention, de nombreux e-commerçants passent à côté de leads, voire même de ventes. Alors, avant de rédiger des articles sur les multiples boutons d’actions existants et les bonnes pratiques associées, voici quelques conseils à prendre impérativement en compte…

On parle de bonnes pratiques parce qu’il existe effectivement des règles, des facteurs qui influencent le taux de conversion des boutons d’action.

Un wording cohérent

Le choix du wording de vos boutons d’actions doit avoir lieu dès la conception de votre site, sur vos zonings…

C’est du bon sens : essayez de garder une cohérence éditoriale entre les différents boutons et les différentes actions auxquelles ils renvoient. Ne mélangez pas « impératif », « 1ère personne du singulier » et « infinitif ». Choisissez une ligne éditorial que vous respecterez. Aussi, il ne faut pas oublier qu’un bouton d’action doit inciter à… l’action ! Une touche « d’urgence » dans le wording augmentera par conséquent la conversion…

Un message explicite

L’utilisateur doit savoir à quelle action renvoie un bouton avant de cliquer dessus. Cela améliorera la navigation et rassurera l’internaute. Pensez aussi à utiliser de petits logos ou des icônes sur les boutons qui rendront votre site plus intuitif et améliorera la transformation dans la mesure ou cela ne prête pas à confusion.

Des boutons visibles

Au niveau de l’emplacement, l’utilisateur doit voir les boutons sur la page sans avoir à scroller. C’est ce que l’on appelle la ligne de flottaison.

Visualiser les boutons doit être enfantin. Pour cela, la charte graphique du site doit prévoir une/des couleurs réservées uniquement au boutons d’actions, et qui devra impérativement trancher avec les autres couleurs utilisées sur le site. Je dis DES couleurs car il faut tenir compte du fait que certains boutons soient plus importants, plus essentiels que d’autres, et donc il faudra prévoir plusieurs couleurs pour les prioriser.

Dans cette optique de priorisation, la taille des « boutons importants » doit être supérieure aux autres. Plus les boutons seront petits et moins l’utilisateur leur accordera d’importance.

Plus généralement, privilégiez de gros boutons (sans détruire le design de votre site), car le taux de clic augmente avec la taille des boutons.

Il est aussi très important de garder de l’espace autour du bouton, ce qui lui donnera de l’importance et permettra de mieux le distinguer. Idem à l’intérieur du bouton : il faut garder certaines proportions.

Enfin, pour améliorer la visibilité, il vaut mieux prévoir un changement d’état du bouton au rollover. Changement de la couleur du bouton, soulignement du texte, ajout d’un reflet, etc…

Informations complémentaires

Certaines actions méritent qu’on les explique un peu plus. L’objectif étant de rassurer l’utilisateur en détaillant l’action (ex : « services inclus« ), ou en insistant sur le fait que l’action est sans risque, très rapide, facile…

Actions alternatives

Quand cela est possible, pensez à prévoir une action alternative grâce à laquelle l’utilisateur sera impliqué, même si ce dernier ne désire pas acheter vos produits/services.

Selon moi, il s’agit des 5 conseils principaux à suivre pour optimiser le rendement de ses boutons d’action. Il en existe certainement beaucoup d’autres ! Alors n’hésitez pas à venir compléter la liste en laissant un commentaire !